degraiss-hottedegraiss-hotte

Phénomène d’aspiration et de soufflage

L’aspiration

La figure 1 présente les courbes simplifiées d’ isovitesse d’air à l’aspiration d’une simple gaine. Les courbes rouges indiquent la vitesse en % de la vitesse d’origine, en fonction de la distance à l’aspiration, exprimée en % de diamètre de conduite. Il apparaît que la vitesse de l’air décroît très rapidement avec la distance de l’aspiration. Les valeurs sont plus favorables pour une gaine munie d’une collerette. En effet, cette dernière supprime les pertes de débit/pression vers l’arrière et donne ainsi un meilleur profil d’aspiration.

Figure 1 : Courbes simplifiées d’isovitesse d’air à l’aspiration d’une simple gaine : A) sans collerette ; B) avec collerette

 

Le soufflage

Les caractéristiques du soufflage, contrairement à ce que l’on pourrait penser intuitivement, ne sont pas du tout le contraire de celles de l’aspiration. La figure 2 montre que l’effet de soufflage se disperse beaucoup moins vite que celui d’aspiration.

Figure 2 : Comparaison de la distance impactée par le phénomène d’aspiration et de soufflage

 

Le schéma ci-dessus ne fait pas apparaître un phénomène qui est toujours lié au soufflage, celui de l’induction. Tout flux d’air engendre autour de lui des perturbations d’autant plus importantes qu’il est rapide. Il provoque à sa périphérie immédiate un phénomène d’entraînement de l’air. Ce phénomène présenté sur la figure 3 est parfois utilisé pour entraîner des flux d’air pollués, mais l’utilisation de jets d’air rapides est délicate car on risque de générer un bruit important et de perturber tout le comportement aéraulique du local.

Figure 3 : Phénomène d’induction

 

L’utilisation des flux rapides peut se faire à l’intérieur des conduits et en particulier l’effet venturi permet la création d’éjecteurs capables de grandes puissances d’aspiration par induction en utilisant directement de l’air comprimé (cf. figure 4).

Figure 4 : Effet d’induction à l’intérieur des conduits : a) Conduite simple ; b) Venturi

 

Sourcehttp://www.ventilation-industrie.fr/

Un drone pour diagnostiquer les canalisations

La division Réhabilitation/Assainissement de l’entreprise Valentin, filiale d’Eurovia basée dans le Val-de-Marne, utilise un drone pour réaliser les inspections télévisées des canalisations avant ses travaux de réhabilitation, afin d’infirmer ou de confirmer le diagnostic initial des projets.

Si habituellement ce type d’inspection se fait au moyen d’une caméra robot montée sur un chariot motorisé et reliée par un ombilical à un camion-atelier en surface, le tout commandé depuis un pupitre par un opérateur spécialisé, le process a récemment évolué.

L’inspection devant effectivement être réalisée dans son intégralité, la caméra doit nécessairement rouler et sur une surface stable. Lorsque le robot caméra ne peut pas accéder (réseau encrassé, présence importante de boue ou canalisation non circulaire – dalot rectangulaire, présence de gaz H2S), Valentin fait appel à un drone volant protégé par une cage.

En pratique, ce drone est chargé d’effectuer l’inspection télévisée des canalisations. Sa cage lui permet de s’affranchir des contraintes propres aux réseaux enterrés.

 

Sourcehttps://www.environnement-magazine.fr/